New York, USA : Jour 5

Jour 5

Petite journée chill aujourd’hui. Ludo est en repos, donc on va pouvoir se balader avec un guide.

Bon, quand je dis « chill », ça veut dire on va aller dans les magasins. Dans ceux autour de Union Square précisément . Union Square qui, pour aucune raison particulière, était mon quartier préféré de Manatthan.

Bref, comme par hasard, il y a un magasin de comics dans le quartier. Je vous en ai déjà parlé, mais j’aime trop les comics. La conséquence de ça, c’est que je traîne Hugo et Ludo avec moi là dedans. Ils me disent que ça va, que je suis pas chiant avec ça, mais c’est parce qu’ils sont gentils, ils ne veulent pas me blesser.

Bien sûr que je dépense des sous ici, mais c’était encore compris dans mon budget. Tout est sous contrôle.

On sort de là, puis on continue dans les alentours. Magasins de vêtements, de jeux, etc… Quand tout à coup ! NANI ?

Le destin me claque ça sous le nez, en plein milieu de la rue ! Un stand de comics old-school sauvage ! J’ai pris ça comme une agression. Instinctivement pour ma sécurité, je sors des billets pour les donner au vendeur. Un réflexe d’auto-défense salvateur !

Oui bon ça va ! Je sais que je venais d’acheter des comics juste avant mais là c’est différent… J’en n’avais pas encore acheté à un petit vieux sur une table dans la rue okay ?
(En plus entre 0.50$ et1$ le bouquin, c’était pas trop cher comme souvenir stylé).

On continue notre petite promenade, et on dévie légèrement vers East Village. Sur notre chemin, on fait la rencontre d’un grand monsieur.

Je parle de l’Empire State Building hein !
Mais au risque de vous décevoir, on ne va pas y monter. On a déjà fait la One World Trade Center, ça sert à rien d’aller dans un autre plus petit.

Un peu plus loin, on arrive dans un sneakershop. Mais ce qui fait plaisir c’est que c’est une boutique indé, avec des modèles un peu plus uniques que dans les Foot Locker ou JD.

J’en ai trouvé des super cools, mais il fallait mettre le prix de l’exclusivité. Notamment les Nike Air Mag de Marty McFly à 9000$.
Avec mon budget, je me suis juste permis de les regarder d’un peu près. Ça m’a suffit.
Pour les modèles plus abordables, ce que j’ai bien aimé, c’est qu’ils soient sous blister. Ça ajoute un petit quelque chose au fait que tu ne les trouves pas partout.

En fin de compte, pas de sneakers pour moi, même les abordables m’auraient amputé d’une bonne partie de mon pécule restant. Cette fois, je suis raisonnable.

La boutique quasiment voisine est… attends QUOI?!

New-York ? Tu le fais exprès ou quoi ?!

J’y rentre mais c’est juste par principe. Non mais oh, c’est quoi ces pièges ?
(C’est là où Ross se fait tabasser et piquer son propre comics par Phoebe quand ils sont enfants).

Cette échoppe a un charme incroyable, mais je suis raisonnable (je commence à penser que je vais bien devoir mettre tout ce merdier quelque part dans mes bagages), donc je n’achète rien. Je le regrette cependant, j’aurais bien aimé acheter dans ce petit commerce.

Dans le même quartier, on tombe sur le shop le plus flippant que j’ai vu ici.

Ça nous intrigue quand même, donc on y entre.

C’est un magasin de seconde main, avec une identité basée très fort sur le punk. La déco est en raccord avec la devanture.

J’ai pu prendre que 2 photos, après le vendeur m’a engueulé. Mais si vous voulez voir plus de photos, sur Google ça marche. Vous tapez « Search & Destroy New York » et vous verrez que ça respecte assez bien le thème.

Mais je pense que c’est la meilleure adresse si vous voulez un vêtement politiquement incorrect à base de dictateur, scatophilie, ou autre joyeuseté.

Mais c’était une expérience enrichissante.

L’aprem touche à sa fin, on va rentrer car ce soir, on fête le départ d’un des colocs de Ludo qui part demain.

Sur la route du retour, on bavarde à 3 tranquillement, quand Hugo coupe court à la conversation par un « Boh… c’est Willem Dafoe ».

Il semblait avoir reconnu l’acteur Willem Dafoe dans la personne qu’on venait de croiser. Ludo et moi, incrédules, on dit « mÉ nimp /KesSTu rakonte /ta fUmé Toa ».
Il soutient mordicus que c’était bien lui.

Du coup, automatiquement, on fait demi tour pour suivre la personne. Pendant 3 bonnes minutes, on suit un mec juste pour voir sa tête. Il marchait vite donc on a dû marcher vite aussi (oui je sais, c’est pas rassurant).

Au final, le gars tourne pour rentrer dans un magasin de vins et effectivement, c’était Willem Dafoe.

Ce que ça nous a apporté ? rien. Mais on a vu un vrai acteur à New-York quand même !

La prochaine fois, on croira Hugo sur parole et ça nous évitera d’agrandir le nombre de stalkers creepy que les vedettes doivent subir chaque jour.

Avant de rentrer, on se dit qu’on aimerait bien aller voir le Brooklyn Bridge qui n’est pas si loin. On fait un petit détour en métro pour y arriver.

Là, on est à la sortie du métro et on le voit au loin. Et en fait, ça nous donnait une flemme intégrale d’y aller en voyant la distance. Du coup, voilà ci-dessus, notre expérience du Brooklyn Bridge.

Cette fois-ci on rentre pour de vrai à l’appart. Sur la route, on s’achète un wrap dans une epicerie bio/vegan/fair trade/machin/machin de Brooklyn. Ultra bon mais ça coûte la peau du cul.

Arrivés à l’appart, on se prépare pour la soirée de départ du coloc, mais changement de dernière minute, elle va se faire en extérieur. On va découvrir la nightlife de Brooklyn.
Hugo est pas chaud pour sortir donc il reste à l’appart pour faire ses bails.

Ludo, les autres colocs et moi on va dans un petit bar de Brooklyn. Très chill (j’ai prévenu, c’est la journée du chill). La surprise est que dans le sous sol, il y a une salle avec une ambiance + boite de nuit. Très bien, dansons.

Y’a une batterie sur le podium du DJ, de temps en temps, un mec vient battre au rythme de la musique. Il avait l’air chaud, mais comme la musique allait plus fort, ça servait à rien.

Certains des colocs doivent nous quitter car demain, boulot. Les restants décident de migrer dans un vrai night club un peu plus loin.

Une ambiance petit hangar underground, des écrans géants et de la musique de défilé de mode. J’ai bien aimé mais j’étais pas la cible pour le son, je pense. Donc j’ai vécu ça d’un peu loin.
Mais ça m’a permis de voir irl comme la mâchoire des cokés se crispe après un peu de consommation de coco. C’est instructif, je pourrai décrire au docteur, les symptômes si j’en croise un qui fait une overdose.

La fin de soirée se fait sentir. Je vais expérimenter pour la première fois un UBER (2016 YEAH !).

Voilà, toutes les images que je peux vous proposer de cette soirée. Il est vrai, que sur ce coup, j’ai pas été très inspiré.

Bref, milieu de nuit, on rentre. Pipi, les dents et au lit canapé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star